Mesureur d’ondes CEM : pourquoi et comment l’utiliser ?

Mesureur d’ondes CEM : pourquoi et comment l’utiliser ?

Bien que les risques à long terme des champs électromagnétiques ne soient pas encore avérés, tout laisse à croire que le danger est réel. Un danger d’autant plus important que le nombre d’équipements émettant des ondes électromagnétiques ne cesse d’augmenter. Dans ces conditions, il devient indispensable d’évaluer son niveau d’exposition aux CEM (champs électromagnétiques) à l’aide d’équipements dédiés.

La mesure de son niveau d’exposition aux ondes, un geste devenu indispensable

Face à la multiplication des équipements émettant des ondes électromagnétiques, nombreuses sont les personnes à vouloir mesurer leur niveau d’exposition via l’utilisation d’un détecteur d’ondes CEM (champs électromagnétiques). Il faut dire que de multiples éléments ont tendance à leur donner raison.

  • Un cancérogène possible : bien que la dangerosité à long terme des ondes électromagnétiques n’ait pas encore été prouvée, le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) et l’OMS (Organisation mondiale pour la santé) préconisent un principe de précaution quant à notre niveau d’exposition. Ces organisations ont d’ailleurs classé les champs électromagnétiques comme un cancérogène possible pour l’homme.
  • Des effets à court terme avérés : si les études scientifiques ne disposent pas encore d’assez de recul pour prouver le danger des ondes sur le long terme, leur effet à court terme est déjà connu. Il est ainsi prouvé que l’exposition aux radiofréquences fait augmenter la température des tissus, tandis que les basses fréquences  stimulent le système nerveux de façon électrique. C’est d’ailleurs pour cette raison que les appareils radioélectriques vendus en France doivent présenter un DAS inférieur à 2 W/kg (+ d’infos ici).
  • Une démocratisation des appareils radioélectriques : depuis quelques années, les équipements émettant des ondes électromagnétiques investissent notre quotidien. Preuve de leur caractère indispensable, les téléphones portables sont utilisés par près de 8 Français sur 10 chaque jour selon le Baromètre du numérique 2017. Une situation qui pose question, notamment dans la mesure où certaines technologies émettent des fréquences élevées, tournant autour de 2,4 GHz (Wi-Fi, Bluetooth, etc.).
  • Des publics plus concernés que d’autres : mesurer le niveau d’exposition aux ondes électromagnétiques est d’autant plus utile au sein de lieux où se trouvent des publics considérés à risque, tels que des enfants en bas âge, des femmes enceintes et des personnes électro-hypersensibles. Dans ce cas, l’utilisation d’un détecteur d’ondes CEM permettra de définir et de limiter l’exposition de ces personnes.
  • Un principe de précaution qui interroge : depuis maintenant plusieurs années, les autorités sanitaires préconisent ou imposent certains comportements afin de limiter les risques d’exposition aux ondes électromagnétiques. Par exemple, il est déconseillé de laisser un enfant utiliser un téléphone portable et il est interdit d’utiliser le Wi-Fi dans une crèche. Mais malgré ces mesures qui tendent à prouver que les champs électromagnétiques représentent un danger, aucune réglementation ne permet de limiter son niveau d’exposition au quotidien.

Mesure des champs électromagnétiques : les appareils et techniques à adopter

Les effets potentiels et avérés des champs électromagnétiques sur la santé sont principalement dus à un élément : notre niveau d’exposition. Raison pour laquelle il est pertinent de mesurer sa propre exposition afin d’adopter des gestes préventifs et curatifs. Pour cela, il existe un certain nombre de solutions (applications mobiles, demande de mesures à l’ANFR, etc.). Toutefois, seul un appareil de mesures CEM permettra de profiter d’un résultat fiable, précis et localisé. Découvrez les règles à suivre pour choisir l’équipement adapté et mesurer son niveau d’exposition aux champs électromagnétiques.

  • Les fréquences à mesurer : on distingue principalement deux types de champs électromagnétiques. On retrouve tout d’abord les basses fréquences, émises par les lignes haute tension et les appareils électriques domestiques, ainsi que les radiofréquences, provenant des téléphones portables et du Wi-Fi notamment. Pour mesurer les basses fréquences, il important que l’appareil fasse la distinction entre le champ magnétique (CM) et le champ électrique (CE).
  • Le type d’équipement à privilégier : pour connaitre précisément son niveau d’exposition aux différentes fréquences présentes dans notre environnement, il faut que l’équipement mesure principalement trois données : le CM des basses fréquences, le CE des basses fréquences et les hautes fréquences. Si certains appareils proposent les trois fonctions, il est rare que le résultat soit optimal. Raison pour laquelle il est préférable d’utiliser deux appareils de mesure différents : l’un pour les basses fréquences, l’autre pour les hautes fréquences.
  • Les fonctions à choisir : dans le commerce, on distingue principalement des détecteurs et des mesureurs d’ondes électromagnétiques. Les détecteurs se contentant d’avertir l’usager lorsqu’un certain seuil est franchi, il préférable d’utiliser un appareil de mesure qui fournira un résultat plus précis. Si certains appareils permettent d’analyser le spectre des fréquences (déceler les différentes fréquences et calculer le niveau de chacune), cette fonctionnalité est généralement coûteuse et inutile pour les particuliers. Un équipement avec une large bande sera amplement suffisant pour déterminer son niveau d’exposition globale, indépendamment des différentes sources de pollution.
  • Les critères de sélection : pour un résultat optimal, il est préférable que l’appareil dispose d’une large gamme de fréquences et de filtres afin d’isoler et d’analyser les différentes bandes de fréquences. On privilégiera aussi un mesureur CEM avec une grande sensibilité (la valeur minimale que l’appareil peut détecter), notamment pour pouvoir créer une zone blanche. Le type d’émissions détectées (analogique ou numérique), les valeurs affichées (moyenne ou crête), l’analyse de la pulsation ainsi que les sorties et entrées (pour sortir de l’information ou en intégrer) sont également des fonctionnalités qui peuvent se montrer utiles pour mesurer son niveau d’exposition.
  • Les niveaux d’exposition conseillés : une fois la mesure de son niveau d’exposition effectuée, il est important de savoir si les résultats sont inquiétants ou non. Pour cela, il est possible de se reposer sur les valeurs d’exposition recommandées en baubiologie, l’équivalent de l’écoconstruction en Allemagne, pour les bâtiments construits et servant de zone de repos. À titre d’exemple, la baubiologie préconise lors de la réalisation d’un bâtiment que le champ magnétique soit inférieur à 0,2 mG et que le champ électrique rapporté à la terre soit inférieur à 1 V/m.
Cécile M.

Cécile M.

Cécile, 37 ans, je suis ce qu'on appelle une personne électro-sensible (EHS ou "électro-hypersensible").

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.