Linky et les ondes : vos questions, nos réponses

Linky et les ondes : vos questions, nos réponses

Déployé progressivement par Enedis au sein des foyers français depuis 2016, le compteur électrique communicant Linky soulève de nombreuses interrogations. Au-delà de la confidentialité des données collectées, cet équipement inquiète en raison de potentiels risques sanitaires, notamment à cause des ondes électromagnétiques qu’il émet. Pour démêler le vrai du faux, nous apportons des réponses à toutes les questions que vous vous posez sur Linky.

Linky émet-il beaucoup d’ondes ?

Non, le niveau d’ondes que Linky émet est relativement faible. Pour communiquer, il utilise le système CPL (courant porteur en ligne), à savoir le réseau électrique. Le compteur émet vers l’extérieur sur une bande de fréquence comprise entre 9 et 95 kHz et sur une autre, comprise entre 95 et 125 kHz, pour le transfert de données à l’intérieur du logement. Il est vrai que Linky et le CPL sont à l’origine d’ondes électromagnétiques, considérées par les autorités sanitaires comme des cancérogènes possibles pour l’homme. Mais selon une étude réalisée en 2016 par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), les niveaux relevés sont bien en dessous du seuil défini par la loi : le champ électrique émis varie de 0,2 à 3,9 V/m (pour un plafond fixé à 87 V/m) et le champ magnétique équivaut à 0,26 µT en moyenne (pour une limite réglementaire de 6,25 µT).

Pour mieux comprendre le faible niveau d’émissions, il suffit de comparer avec d’autres équipements. Linky émet un champ magnétique similaire à celui d’un téléviseur cathodique (pour une mesure effectuée à 30 mètres de distance du compteur) et un champ électrique 50 fois moins puissant que celui d’une plaque à induction. Certes, les émissions d’ondes électromagnétiques sont supérieures à celles d’un compteur traditionnel, mais elles restent cependant faibles. Un niveau qui peut toutefois représenter une gêne pour les personnes souffrant d’électro-hypersensibilité (EHS).

Linky émet-il des ondes électromagnétiques en continu ?

En théorie, le compteur est censé ne communiquer qu’une seule fois par jour afin de transmettre la consommation du foyer. Contrairement aux précédents compteurs, Linky est en mesure de transférer des informations vers l’extérieur grâce au fameux système de communication CPL. Utilisée depuis plusieurs décennies, cette technologie, nécessitant l’envoi d’un signal à haute fréquence mais à faible énergie, sert notamment pour la box Wi-Fi ou certains équipements domotiques. A priori, son utilisation une seule fois par jour ne semble donc pas poser de problème.

Mais l’ANSES a pu remarquer que Linky émettait beaucoup plus souvent qu’une seule fois dans la journée. Selon l’organisation, des communications très brèves mais particulièrement fréquentes (entre 4 et 10 fois par minute) sont envoyées vers Linky afin de s’assurer que l’électricité n’est pas coupée au sein du logement. Autrement dit : le compteur n’émet pas en continu, mais c’est presque tout comme.

Enedis va-t-il équiper Linky d’un système de communication Wi-Fi ?

Il est avéré que le Wi-Fi est l’une des principales sources de pollution électromagnétique au sein des logements. D’où l’inquiétude des particuliers chez qui ce nouveau compteur va être installé. À l’heure actuelle, Linky ne transmet des informations que grâce au système de communication CPL. Toutefois, les ménages pourront, s’ils le désirent, lui associer un module appelé ERL (émetteur radio Linky) afin de profiter de nouvelles fonctionnalités (contrôle domotique, etc.). Si ce type de module additionnel peut bel et bien reposer sur un système Wi-Fi ou Bluetooth, il n’est pour le moment que très peu installé. En d’autres termes : libre à chacun d’ajouter cette fonctionnalité à son compteur Linky s’il le souhaite.

L’installation de plusieurs Linky au sein d’un bâtiment collectif est-elle dangereuse ?

À en croire l’ANSES et l’ANFR (Agence nationale des fréquences), l’accumulation de plusieurs compteurs connectés au sein des habitations collectives ne représente pas un danger supplémentaire. Selon toute vraisemblance, les compteurs au sein d’un immeuble ne vont pas tous communiquer de façon simultanée, évitant ainsi que les émissions d’ondes électromagnétiques ne s’additionnent. Et même dans le cas contraire, le niveau d’ondes émis par un seul appareil est si faible que le fonctionnement groupé de plusieurs Linky devrait malgré tout rester inférieur à un niveau d’exposition réellement significatif.

Peut-on installer un compteur sans risque au sein même d’un logement ?

A priori, il est possible d’installer un compteur Linky à l’intérieur même du logement sans prendre un risque considérable. Bien que cet équipement soit généralement situé à l’extérieur des logements, certains particuliers n’ont pas cette possibilité. Il n’est toutefois pas nécessaire de s’inquiéter outre mesure, notamment car le niveau d’émissions mesurées à proximité est équivalent à celui d’un téléviseur ou d’un chargeur d’ordinateur. Un niveau d’ondes électromagnétiques qui, par exemple, est sans commune mesure avec celui d’un Smartphone. Mais étant donné que le risque ne peut pas totalement être écarté, l’ANSES recommande de réaliser des mesures complémentaires dans le cas où Linky est positionné à proximité immédiate du lieu de vie.

Est-il possible de refuser une installation Linky lorsqu’on est EHS ?

En théorie, il est impossible de refuser l’installation de Linky chez soi. Pourquoi ? Tout simplement car le compteur est la propriété des communes et que, dans la grande majorité des cas, elles en ont attribué la gestion à Enedis. En d’autres termes, c’est à Enedis de décider s’il est nécessaire ou non de remplacer un compteur. Mais bien que la filiale d’EDF affirme que la pose de Linky est obligatoire, certaines situations permettent d’y échapper. C’est notamment le cas si le compteur est installé à l’intérieur du logement puisque les installateurs n’ont pas le droit d’y pénétrer sans l’autorisation de son habitant.

Concernant les personnes souffrant d’hypersensibilité électromagnétique (EHS), la situation est particulière. Même si Enedis n’attribue pas les souffrances rencontrées à Linky, l’entreprise peut, au cas par cas, accepter de reporter l’installation du compteur électrique. Mais cet accord étant relativement rare, de nombreuses personnes électrosensibles ont préféré saisir la justice. Si beaucoup ont été déboutées, certaines d’entre elles ont obtenu gain de cause, permettant le retrait de Linky. En mars 2019, ce sont même 13 personnes souffrant d’hypersensibilité électromagnétique, certificat médical à l’appui, qui ont réussi à faire interdire par la justice la pose du compteur connecté. Un motif d’espoir pour toutes les personnes sensibles aux pollutions électromagnétiques.

Cécile M.

Cécile M.

Cécile, 37 ans, je suis ce qu'on appelle une personne électro-sensible (EHS ou "électro-hypersensible").

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.